Radio Logo
RND
Höre {param} in der App.
Höre Choses à Savoir SANTE in der App.
(7.565)(6.472)
Sender speichern
Wecker
Sleeptimer
Sender speichern
Wecker
Sleeptimer
StartseitePodcastsGesundheit
Choses à Savoir SANTE

Choses à Savoir SANTE

Podcast Choses à Savoir SANTE
Podcast Choses à Savoir SANTE

Choses à Savoir SANTE

hinzufügen

Verfügbare Folgen

5 von 1316
  • Pourquoi le vaccin Moderna est-il déconseillé au moins de 30 ans ?
    Chaque jour apporte de nouvelles données sur les vaccins utilisés pour combattre le Covid-19. Ainsi, les autorités sanitaires françaises, se basant sur de nouvelles études, recommandent de ne pas injecter le vaccin Moderna aux personnes de moins de 30 ans.Des risques d'inflammation cardiaqueLa recommandation de la Haute Autorité de santé (HAS) se base sur une récente étude, selon laquelle l'injection du vaccin Moderna pourrait être associée, chez les personnes de moins de 30 ans, à des risques accrus de myocardites et de péricardites.Il s'agit d'inflammations, d'un muscle cardiaque, pour les premières, ou de la membrane entourant le cœur pour les secondes. Ces affections toucheraient davantage les moins de 30 ans, et notamment les hommes. Le risque serait plus grand après l'injection de la deuxième dose. L'inflammation apparaîtrait dans la semaine suivant l'injection.Aussi la HAS conseille-t-elle de ne pas utiliser le vaccin Moderna pour ces patients jeunes, et de le remplacer, si c'est possible, par le vaccin Pfizer.Un risque à relativiserToutefois, un certain nombre d'éléments tendent à relativiser la gravité du risque encouru. D'abord, ce type d'inflammation, à la suite de l'administration du vaccin Moderna, se produirait très rarement.Ainsi, on compterait un peu plus de 130 cas, pour un million de personnes vaccinées, après l'injection d'une seconde dose de vaccin Moderna. Dans les mêmes circonstances, le vaccin Pfizer provoquerait un peu plus de 26 cas.Par conséquent, la remarquable efficacité du vaccin Moderna contre les formes graves du Covid-19, estimée à environ 90 %, semble largement l'emporter sur un risque d'inflammation cardiaque très rare.D'autant que ces myocardites et péricardites semblent guérir rapidement. En effet, elles ne nécessiteraient, en règle générale, qu'une hospitalisation de deux à quatre jours. Et, pour l'heure, aucun décès attribuable à une inflammation cardiaque consécutive à l'administration du vaccin Moderna n'a été signalé.Ceci étant, il est logique de préférer, pour cette catégorie de patients, un vaccin, le Pfizer, qui entraînerait un risque d'inflammation cardiaque encore plus exceptionnel. Il est à noter, enfin, que, pour les plus de 30 ans, le vaccin Moderna semble légèrement plus efficace.   See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
    11/29/2021
    2:02
  • Les additifs sont-ils dangereux pour la santé ?
    De nombreux aliments, et surtout ceux qui sont transformés, contiennent de nombreux additifs alimentaires. Ces substances présentent-elles un danger pour la santé ?De très nombreux additifsLes additifs alimentaires sont utilisés comme colorants, émulsifiants ou encore édulcorants. D'après une récente étude française, un adulte de poids moyen en consommerait un peu plus de 11 grammes par jour, soit environ 4 kilos par an.De leur côté, les personnes consommant beaucoup d'aliments transformés en absorberaient jusqu'à 9 kilos chaque année. Les professionnels de l'agroalimentaire utilisent volontiers les additifs; en effet, environ la moitié des produits alimentaires disponibles en magasin en contiendraient au moins un.À ce jour, 400 additifs ont été autorisés par la réglementation européenne. Mais, dans ce domaine chaque pays est libre d'ajouter ses propres recommandations.Certains additifs jugés dangereuxEn principe, aucun additif alimentaire n'est autorisé s'il présente un risque quelconque pour la santé. Par ailleurs, de nombreux additifs n'auront aucun effet néfaste pour ceux qui les consomment, certains, comme les antioxydants, par exemple, pouvant même leur apporter de notables bénéfices.Mais de nouvelles recherches peuvent révéler la nocivité de substances qui paraissaient inoffensives. C'est ainsi qu'environ un tiers des additifs alimentaires pourraient finalement se révéler dangereux.C'est, par exemple, le cas du dioxyde de titane, qu'on trouve dans les biscuits, les glaces ou certaines charcuteries. D'après des expériences réalisées sur des animaux, cette substance, dont l'utilisation a été suspendue en 2020,, pourrait contribuer à l'apparition de tumeurs cancéreuses.Pour l'instant, cependant, il serait prématuré de transposer ces résultats à l'homme. D'autres additifs sont également suspectés d'avoir des effets nocifs, comme les nitrates et les nitrites.Utilisés pour conserver les viandes et la charcuterie, ils pourraient se révéler cancérigènes.Conscients de ces dangers potentiels, les industriels ont réduit la présence d'additifs dans leurs produits. Ainsi, depuis le début des années 2010, la proportion des produits alimentaires sans additifs serait passée de 13,7 % à près de 19 %.Il n'est cependant guère possible de s'en passer tout à fait. Les additifs seraient en effet nécessaires à la bonne conservation et à la saveurs des aliments.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
    11/28/2021
    2:08
  • 3 épisodes inédits pour ce week-end !
    1/ Pourquoi la couleur bleue du drapeau français vient-elle de changer ?https://www.chosesasavoir.com/podcast/culture-generale/2/ Pourquoi les cheveux gris n'existent pas ?https://www.chosesasavoir.com/podcast/incroyable/3/ Quelle est la plus vieille affaire criminelle de l'Histoire ?https://www.chosesasavoir.com/podcast/histoire/  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
    11/26/2021
    6:54
  • Quelles sont les personnalités à risque face à la maladie d'Alzheimer ?
    Les causes de la maladie d'Alzheimer sont encore largement inconnues à ce jour. Deux études récentes soulignent qu'un lien pourrait exister entre l'apparition de la maladie et certains traits de personnalité.Deux vastes étudesDeux vastes enquêtes ont été menées récemment sur une éventuelle corrélation entre certains traits de caractère et le développement de la maladie d'Alzheimer. La première étude a porté sur plus de 3.000 personnes, vivant en hébergement collectif.Elles ont dû répondre à 240 questions. Le but du questionnaire était de déterminer auquel des 5 grands types de personnalités appartenait chaque personne. Chacun de ces types se distingue par des traits de caractère principaux, qui sont notamment la conscienciosité, le névrotisme, l'amabilité ou encore l'ouverture.La seconde étude, de vaste ampleur, recherchait également de possibles liens entre la maladie d'Alzheimer et les traits de la personnalité.Un an après la première étude, les personnes interrogées ont été soumises à des examens spécifiques. Leur but était de vérifier la présence éventuelle de plaques amyloïdes et la configuration particulière des protéines tau, qui sont caractéristiques de la maladie d'Alzheimer.Certaines personnes plus susceptibles de développer la maladieLes deux études sont parvenues aux mêmes conclusions. Les personnes que leurs réponse aux questions faisaient apparaître comme des personnalités névrotiques auraient le plus de chances de développer la maladie d'Alzheimer. Le névrotisme étant décrit comme un trait de caractère prédisposant à l'anxiété et à la dépression.Par contre, les participants classés dans la catégorie de la conscienciosité seraient les moins susceptibles d'être atteints par cette pathologie. De telles personnalités seraient prudentes et responsables, manifestant un réel souci des détails.Le lien entre la maladie et les traits de caractère serait le plus manifeste chez les personnes qui, au moment de l'étude, étaient en possession de toutes leurs facultés. Ce qui voudrait dire que le type même de personnalité pourrait contribuer à l'apparition de la maladie.Les résultats de ces études n'étant fondés que sur l'observation, elles ne permettent pas vraiment de connaître les mécanismes à l'œuvre dans l'apparition de la maladie ni d'établir un lien de causalité entre celle-ci et tel ou tel trait de caractère.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
    11/25/2021
    2:06
  • Comment prévenir un AVC ?
    Chaque année, en France, les accidents vasculaires cérébraux, ou AVC, touchent 140.000 personnes et provoquent environ 30.000 décès. Beaucoup pourraient être évités si les personnes concernées prenaient des précautions très simples.De bonnes habitudes à prendreL'AVC survient quand le cerveau est mal irrigué. En effet, l'obstruction ou la déchirure d'un vaisseau peuvent provoquer un arrêt de la circulation sanguine ou une hémorragie.Pour prévenir ce risque de santé majeur, il suffit parfois de prendre de bonnes habitudes. Ainsi, il est essentiel de faire vérifier régulièrement sa pression artérielle. En effet, l'hypertension artérielle peut entraîner la rupture des vaisseaux sanguins et provoquer une hémorragie.Il convient aussi de surveiller son alimentation. Elle doit être pauvre en sel, qui tend à faire augmenter la pression artérielle, et riche en potassium, qui la fait baisser. On le trouve notamment dans de nombreux fruits et légumes, mais aussi dans les céréales entières ou les noix.Pensez aussi à manger du poisson et à éviter les plats trop gras. Il faut également faire contrôler son taux de cholestérol, un niveau trop élevé pouvant signifier un début d'obstruction des artères.Essayez &également d'arrêter le tabac, qui entraîne des dépôts graisseux sur les parois des artères. Enfin, la pratique régulière d'un exercice physique tend à activer la circulation sanguine.L'aspirine : une mauvaise solution pour prévenir l'AVC ?Voilà encore quelques années, les médecins conseillaient volontiers à certains de leurs patients de prendre de l'aspirine de manière préventive. Il s'agissait surtout de personnes risquant plus que d'autres de faire une crise cardiaque ou d'avoir un AVC.Cette prescription se basait sur les propriétés anticoagulantes de l'aspirine. Ainsi, ce médicament devait fluidifier le sang, et, en empêchant la formation de caillots, prévenir l'apparition d'un AVC.Mais la communauté scientifique, dans sa majorité, ne tient plus le même discours. En rendant le sang plus fluide, l'aspirine peut aussi, notamment chez les patients les plus âgés, provoquer des hémorragies. Le risque apparaît trop grand par rapport aux bénéfices attendus.Par contre, la prise régulière d'aspirine pourrait être avantageuse pour des patients plus jeunes. C'est à ,chacun, éclairé par l'avis de son médecin, d'en décider.  See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.
    11/24/2021
    2:07

Über Choses à Savoir SANTE

Sender-Website

Hören Sie Choses à Savoir SANTE, Hitradio Ö3 und viele andere Radiosender aus aller Welt mit der radio.at-App

Choses à Savoir SANTE

Choses à Savoir SANTE

Jetzt kostenlos herunterladen und einfach Radio & Podcasts hören.

Google Play StoreApp Store
Information

Wegen Einschränkungen Ihres Browsers ist dieser Sender auf unserer Website leider nicht direkt abspielbar.

Sie können den Sender alternativ hier im radio.at Popup-Player abspielen.

Radio